Romain Blanchi

Né en France, à Albertville au début des années 80, Romain fut très tôt intéressé par différentes disciplines de sciences humaines, en particulier l’Histoire, la sociologie, et la science politique, ainsi que par des disciplines artistiques, tel que la littérature, la poésie et le cinéma.

Son engouement pour des sujets d’études si variés s’expliquent par une recherche de savoirs universels.

Dès lors, toutes ses explorations se feront à l’aune de la compréhension de l’humain et des mécanismes de de ses constructions sociales. C’est par ce prisme, qu’à l’adolescence il se passionne pour la Photographie et sa lecture du paysage.

C’est naturellement qu’il se dirige vers des études photographiques, formé par l’école Icart Photo de Paris, il en sort diplômé en 2005.

Entre 2004 et 2010, il entreprend plusieurs voyages, à la recherche d’une écriture photographique personnelle pour décrire des pays aux multiple dimensions. Une écriture permettant de mettre en perspective des conceptions et des constructions sociales antagonistes, coexistantes au sein d’une même société. C’est ainsi qu’il a abordé les rivages et les terres des Andes et de Madagascar, de la Roumanie ou encore de la Mongolie. Bien que très espacés géographiquement, ces pays ont en commun de vivre une transition rapide entre un modèle socio économique local et un modèle globalisé capitaliste. La mise en parallèle dans la lecture du paysage des traces du passé et des empreintes du présent lui permet d’interroger les mouvements et tourments de la modernité, questionner la place de l’Homme dans sa société. Ces reportages ont été présenté à de multiples reprises, sous forme d’expositions, sur le territoire Rhônalpin.

L’Architecture et le paysage, fondement matériel de ce lien entre l’Homme et sa société deviendra au fil des années la matière première de son regard et sa spécialité photographique. Il intervient, depuis 2006, auprès d’architectes, d’urbanistes, d’organismes publiques et d’entreprises du secteur afin de valoriser leurs opérations et sensibiliser à l’évolution de la discipline. En participant à des observatoires régionaux, il approfondie cette analyse dans un mouvement plus large du rapport de l’Architecture à l’Histoire (voir archi20-21.fr pour l’Urcaue Auvergne Rhônes Alpes). Un autre appel à projet lui permit d’étudier sa ville natale dans le cadre d’une carte blanche proposé par la Mairie d’Albertville en 2019.

Dans une perspective complémentaire, cherchant à replacer l’humain et son mouvement au centre de ses observations, Romain se tourne également vers la Danse contemporaine. Photographier la danse pour d’une part mettre en valeur les créations chorégraphiques, et d’autre part pour connecter la danse à la dimension paysagère et architecturale.

Cette approche en continuité de ces travaux d’observations du paysage lui permet de sublimer les rapports qu’entretient l’humanité à son environnement. Par ce truchement, il peut ainsi poursuivre ses réflexions universalistes.