Nanyadji Ka-Gara

Née à Ndajména en 1987, Nanyadji s’est très tôt prise de passion pour la danse et le théâtre. Elle se forme au Conservatoire de Théâtre de Poitiers et par la suite à l’ESTBA (Ecole Supérieure de Bordeaux en Aquitaine). Elle travaille, pendant cette formation avec différents metteurs en scène tels que Yann Joël Colin et Eric Louis, Christian von Treskow…
En parrallèle, elle intègre la troupe de danses africaines traditionnelles et de percussions Djembé Sacré, dirigée par Valérie Chauvet et Omar Diop.
Elle découvre également la danse contemporaine grâce au Groupe de recherche chorégraphique universitaire de Poitiers, où elle a l’occasion de travailler avec Christian Bourigault, Jackie Taffanel, Dimitri Tsiapkinis.

Sa rencontre avec Germaine Acogny, en 2012, la conduit à mener un travail sur la danse contemporaine d’inspiration africaine. Elle intègre, en 2013, le projet Engagement Féminin de la Compagnie Auguste-Bienvenue.

Elle participe à plusieurs stages de danse, notamment auprès de l’Atelier de Paris Carolyn Carlson, où elle rencontre Vincent Dupont et son univers. Son approche touche Nanyadji qui intègre sa compagnie en 2016 pour la nouvelle création « Mettre en pièce(s) ».

Elle travaille également pour les metteurs en scène Thierry Bedard, Aristide Tarnagda, le Festival de Théâtre la Luzège.
En 2017, elle travaille avec Thomas Visonneau, avec les collectifs Apache et Nous étions 8 dans l’ascenseurs, ainsi que sur un projet réunissant Moïse Touré et Jean Claude Gallota.
Sensible à la transmission, Nanyadji développe sa pédagogie grâce à des ateliers auprès de lycéens, en partenariat avec le TNBA et l’IDDAC, ainsi que des collèges en Guyane dans le cadre de la formation du Petit été de Mars, mis en place par Odile Pedro Léal et l’EPCC de Guyane.
Elle intègre la compagnie Ma’ pour la pièce “Si c’est une fille”