« W » création 2019

Chorégraphie et interprétation Marion Alzieu
Composition et musique live Michael Avron
Création lumières Tanguy Gauchet
Regard extérieur Alice Masson

Création novembre 2019 CAD (Montmélian, France)
Durée 55 minutes

Contact production et diffusion
Lucine Esnault-Duverger
lolinkpro@gmail.com
(+33) 07.66.58.13.44

 

Calendrier de tournée

2019
22 novembre – CAD (Montmélian, France)

2018
29 novembre – Le Croiseur (Lyon, France)

2017
24 octobre – Théâtre PimOff (Milan, Italie)

 

Soutiens

Dôme Théâtre (Albertville-France)

Conseil Départemental de Savoie

Centre Artistique Départemental de Savoie (Montmélian-France)

Collège des Bauges (Chatelard-France)

PimOff (Milan-Italie)

Echangeur – CDC Hauts-de-France (dispositif studio libre)

Derida Dance Center (Sofia-Bulgarie)

Grand Studio (Bruxelles-Belgique)

« Le lien, pour Platon, est la beauté, ou accord de la forme, selon le genre ; pour Socrate, c’est la suprême vénusté de l’esprit, pour Timée une tyrannie de l’âme, pour Plotin un privilège de nature, pour Théophraste une tromperie silencieuse, pour Salomon un feu caché, des eaux furtives, pour Théocrite quelque ivoire dilapidé, pour Carnéade un règne tourmenté ; pour moi, c’est une tristesse gaie, une gaîté triste » (Giordano Bruno)

Ma passion pour la musique et les concerts, m’a donné l’envie de confronter ma danse à une configuration scénique nouvelle.

« W » met les deux médias danse et musique, en dialogue étroit, pour flouter la frontière entre spectacle chorégraphique et concert. La musique accouple nos cœurs ; dès lors, comment le rendre évident dans une mise en scène chorégraphique ?

– W –

Lettre qui m’a inspiré le titre de part son graphique, comme un sigle, une désignation d’appartenance. On la retrouve comme la lettre phare d’internet, média qui relie l’universel. Elle m’inspire également la description d’une situation en anglais 

Who ? Where ? When ? What ? (Qui? Où? Quand? Quoi?)

Avec une complicité et complémentarité danse/musique, « W » pose la question du lien. En observant nos relations actuelles qui deviennent « sans fil », seulement réseau et ondes, j’ai voulu interroger les liens qui nous entourent et nous unissent.

Comment pouvons-nous rester relié au présent, à la réalité spontanée ? Comment appréhender l’autre dans ce monde qui grésille et qui fuse?

Une relation, amicale, amoureuse, familiale, peut-elle être véritable sans face à face ? Sans corps à corps ?

S’acharner à trouver l’autre dans un brouhaha de liaisons, matérialisées par des monticules de câbles.

Dans cet univers, l’envie est de briser le silence de l’autre pour se relier. L’audible et le palpable deviennent nécessaires.