Dans les termes japonais, Ma signifie intervalle, espace, durée, distance. Ce terme est employé comme concept d’esthétique, il fait référence aux variations subjectives du vide qui relie deux objets, deux phénomènes séparés.
Ce concept est décliné dans de nombreux arts : architecture, peinture, arts martiaux, théâtre, musique…
En danse, le Ma désigne la pause, la suspension, qui crée le rythme, l’inaction entre deux mouvements.
Bien que le mot soit ancien, ce n’est que depuis les années 1930 que le concept de Ma est utilisé dans le discours critique japonais. En cela il se distingue d’autres mots caractéristiques de l’esthétique japonaise.
Pour la philosophe Noriko Hashimoto, le silence du Ma est le résultat d’une concentration parfaite, la cristallisation d’un pouvoir d’intériorisation. Cela renvoie au professionnalisme de l’exécutant, à la fois complètement investi dans l’action, mais conservant suffisamment de recul pour apprécier l’effet d’ensemble, le sens de l’enchaînement, le sens de la performance.

 

 

Le projet

La compagnie Ma’ est un projet de développement et d’expérimentation d’une gestuelle de danse contemporaine, à la fois physique, énergique, racée, subtile et créative. M’inspirant de mes expériences d’interprète, de mes nombreux voyages dansés en Afrique, en Israël et en Europe, et de la société contemporaine en général, j’affine mes idées et mes questionnements qui ponctuent mon chemin de danseuse, en créant un imaginaire sur scène.

J’en suis à des propositions dansées plus physique que théâtrales. Le mouvement pur est la base de ma recherche. Dans chaque mouvement, je veux trouver ma propre signature et la manière de la faire, pour amener à un univers original et personnel.

La création musicale, que je veux toujours originale, est pour moi un lien fort à la danse et vient soutenir le propos.

Je ne cherche pas à rentrer dans une catégorie ou dans la définition d’un style.

Au contraire.
 Mon lien fort avec l’Afrique, et l’expérience dansée et de vie que j’ai pu avoir là-bas, mes bases en danse hip-hop, que j’ai pratiqué pendant 6 ans, mon ouverture au yoga et ma formation de base en contemporain, modern et classique, sont pour moi autant d’ingrédients pour expérimenter, réadapter et ré-imaginer ma danse à chaque fois.

 En continuant à m’intéresser à ce que je ne connais pas, je souhaite diriger ces découvertes vers mon univers et ma personnalité. Transformer des idées, distordre des connaissances et des préjugés, et surtout jouer avec ma danse.

 La confrontation et le dialogue des genres et des styles, viendront affiner cette recherche de ma signature dans le geste.

 J’ai envie d’amener ces recherches et créations sur scène, pour simplement   rencontrer un public, lui « parler » et l’interroger à son tour. Les rencontres et les échanges nourriront mon projet et seront moteur de son épanouissement et de sa perpétuelle évolution.

 Marion Alzieu