Chorégraphie Marion Alzieu
Interprétation Marion Alzieu, Ousseni Dabare
Création musicale Michael Avron
Création lumières Mohamed Boro

Création janvier 2013 Festival OIDF (Ouagadougou, Burkina)
Durée 20min

Contact production et diffusion
Lucine Esnault-Duverger
lolinkpro@gmail.com
(+33) 07.66.58.13.44

Calendrier de tournée

2014
14 au 20 juillet – Festival OFF, La Parenthèse (Avignon)

2013
22 novembre – Centre Mathis (Paris)
4 février – CDC La Termitière (Ouagadougou, Burkina Faso)
23 janvier – Festival OIDF (Ouagadougou, Burkina Faso)

Soutiens

CDC La Termitière (Ouagadougou, Burkina)
EDIT (Ouagadougou, Burkina)
Espace Napam Beaogo (Ouagadougou, Burkina)
Compagnie Herman Diephuis (Paris)

 

Suite à un échange artistique et culturel, entre nos deux pays d’origine, la France et le Burkina, nous avons eu l’ambition commune de continuer à creuser cette rencontre en confrontant nos cultures et nos savoirs pour aboutir à une création.

Nous voulons nous servir de notre situation géographique et sociale, faite de distance, d’incertitude et de différence comme matière première de la pièce. Ce processus de création nous amènera à mettre l’accent sur la notion particulière d’attente.

Très présente dans notre échange, nous voulons explorer cette notion, guidés par les différentes perceptions que nous avons du temps mais guidés aussi par nos façons singulières d’attendre. Nous nous questionnerons sur la manière de percevoir et de déformer nos propres «gestes d’attente» qui trahissent cet état d’impatience, souvent étouffé par une insuffisance, presque un manque.

L’attente est devenue pour nous, un état d’entre-deux, comme un fil qui relierait nos deux univers et nos deux approches.

Notre volonté de mettre en scène cet état au travers de la danse contemporaine, amènerait à questionner la position du corps dans l’attente. Avec deux chaises pour unique décor, le corps devient le refuge de pensées, de regards et de projections vers l’après. A l’affût de la suite, de l’autre ou de l’ailleurs. En proie à ce temps qui nous relie malgré tout, nous voudrions inventer une terre, faite de cette état d’attente. Une terre où le temps devient quelqu’un à part entière.